Nouveaux aménagements à l’étude pour le Musée National de Beyrouth

Musée national de Beyrouth©pheniciens.com

Musée national de Beyrouth©pheniciens.com

Dans le dernier article de l’Agenda Culturel consacré au Musée national de Beyrouth, Anne Marie Maïla Afeiche revient sur le nouveau projet relatif à la création d’une salle polyvalente et l’aménagement d’une cafétéria pour une offre plus globale à l’attention des visiteurs.

Anne Marie Maïla Afeiche, conservatrice du Musée national de Beyrouth

Anne Marie Maïla Afeiche, conservatrice du Musée national de Beyrouth

Parlez-nous du nouveau projet que le Musée compte réaliser.

Le ministre de la Culture, Monsieur Rony Araygi, et la Présidente de la Fondation nationale du patrimoine, Madame Mona Hraoui, ont annoncé lors d’une conférence de presse au Musée national le 14 octobre 2014 un nouveau projet. Il comporte deux volets : la création d’une salle polyvalente et l’aménagement d’une cafétéria, liés certes, mais toutefois indépendants du point de vue architectural. La salle polyvalente serait aménagée dans ce qui est actuellement le jardin qui clôture le musée du côté de l’avenue Abdallah el-Yafi, et la cafétéria prendrait, quant à elle, place dans un espace vide du rez-de-chaussée du Musée, dans le prolongement de l’ascenseur gauche, emplacement qui a été depuis la réhabilitation du musée en 1997 envisagé pour cette fonction.

Quelle est la genèse de ce projet ?

Lors du réaménagement du Musée national à partir de 1996, la Fondation nationale du patrimoine s’est beaucoup impliquée auprès du ministère de la Culture, notamment en récoltant les fonds nécessaires à la réouverture du musée. Deux pôles, selon un décret présidentiel, étaient alors supposés être gérés par cette Fondation: la boutique du musée qui a ouvert en effet en 1999, et la cafétéria, dont l’aménagement avait été reporté. Aujourd’hui la Fondation s’apprête à financer, grâce à une donation particulière, la cafétéria initialement prévue en plus du projet d’une salle polyvalente.

En amont de ce projet existent deux nécessités ?

Tout d’abord, celle de la salle polyvalente. En effet, le Musée se doit d’organiser des expositions temporaires, des conférences, des animations pour enfants, des séminaires, autant d’activités culturelles qu’il nous est impossible de réaliser de manière régulière manque de place au musée, qui fut, rappelons-le, construit entre 1930 et 1937. La deuxième concerne le fait d’avoir une cafétéria, à l’instar du plus grand nombre de musées au monde. Qui d’entre nous, après une visite d’une heure ou deux dans un musée ou une salle d’exposition, ne souhaite s’asseoir dans un cadre agréable afin de siroter un café ?Il est important de souligner que la plus grande partie des revenus qui peuvent être générés par ces éléments seront utilisés pour financer des activités ou travaux au Musée, ou pour la protection du patrimoine archéologique.

Que prévoient les plans ? Y aura-t-il des parkings ?

Les plans, dont les détails ne sont pas encore finalisés, prévoient essentiellement, et selon les recommandations du Ministère de la Culture, le respect du bâtiment actuel du musée, qui ne peut en aucun cas être visuellement obturé ou altéré. Pour cette raison, la salle polyvalente sera aménagée principalement en sous-sol, sous le futur jardin paysagé, orné de reliefs sculptés de la collection lapidaire du musée. Un comité d’architectes, conseillers auprès du ministre de la Culture, a dûment examiné les plans d’aménagement. Une convention à cet effet a été signée entre le Ministère et la Fondation afin de déterminer les droits et les responsabilités de chacune des deux parties, et le fonctionnement futur de cette salle annexe au musée.
Ce projet ne comporte pas la construction de parkings, pourtant si nécessaires. Mais le ministère de la Culture, en collaboration avec la municipalité de Beyrouth, œuvre à trouver une solution dans cette zone destinée à devenir un quartier de musées.

Le projet va-t-il permettre de drainer une nouvelle clientèle ?

Certainement, le but est là : si le Musée national est un pôle d’attraction culturel majeur pour tout touriste libanais ou étranger, il n’en reste pas moins qu’il est de notre devoir d’attirer un nombre croissant de visiteurs. La salle polyvalente sera un lieu d’expositions, de concerts, de conférences. Lors de ces manifestations, il sera possible d’ouvrir le musée en nocturne. D’autre part, il est urgent d’accueillir les plus jeunes en leur proposant des activités hebdomadaires gratuites, ludiques, qui tout en les familiarisant avec le secteur culturel saura leur insuffler le sentiment de fierté de leur patrimoine, et en définitive de l’Histoire de leur pays.


Ce contenu a été publié dans Articles, Généralités, Patrimoine, Projets, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.