Bataille juridique autour d’une tête de taureau, vieille de 2300 ans

Tête de taureau qui aurait plus de 2300 ans © Le Figaro

Ces derniers jours les nouvelles se succèdent et les surprises avec …

Le 28 juillet, nous évoquions sur ce Blog, la dernière étude concernant l’ADN des Cananéens. Étude qui ne laisse pas indifférent et relance la polémique toujours délicate et souvent « politisée » sur les origines !

Hier, le 4 août 2017, l’agence de l’AFP diffusait l’information relative à une tête de taureau, vieille de 2500 ans, originaire du temple d’Echmoun près de Sidon, dérobée dans un entrepôt à Jbeil en 1981 et qui ferait l’objet d’une bataille juridique.

Propriété du couple de collectionneurs américains, William et Lynda Beierwaltes, cette tête de taureau fut acquise en 1996 auprès d’un marchand d’art londonien (en bonne et due forme, selon leur avocat William Pearlstein). Néanmoins, les autorités judiciaires new-yorkaises soupçonnent que cette œuvre en provenance du Liban aurait été volée durant la guerre civile qui ravagea le pays de 1975 au début des années 90. L’objet prêté par ces deux amateurs d’antiquités, était exposé au Metropolitan Museum de New York avant d’être confisqué début juillet par les services du procureur de Manhattan, Cyrus Vance.

Où est la vérité ? Comment prouver la légalité ou non de la détention de cet objet ? Quelles sont les lois qui régissent désormais les questions de cet ordre ? Plein de questions se bousculent et nous avons du mal à comprendre !!

Les peuples, les pays, commencent à réclamer aux grands musées internationaux, depuis quelques années, la restitution de leurs biens culturels. Des biens qui, soyons honnêtes, sont souvent mieux conservés et protégés dans ces musées que dans leurs propres pays d’origine. Il est vrai que les conditions d’acquisition ont changé depuis des siècles. Notre rapport au Patrimoine a changé également, le droit à la propriété, etc. Beaucoup de critères entrent en ligne de mire aussi bien que les nouvelles lois internationales.

Nous saisissons l’occasion, à travers cet article, pour poser les questions qui taraudent beaucoup de nos compatriotes. Les faits relatés remontent à la période de la guerre du Liban (1975-1990), à cette époque le pays avait d’autres priorités, cependant, depuis 1990, quels changements, quelles mesures ont été prises pour la sauvegarde des objets antiques récoltés lors des fouilles ?!

Beaucoup de  discussions, fondées ou pas, reviennent sur les objets trouvés lors de ces dernières années de fouilles, acquises par des particuliers, au Liban ou plus souvent à l’étranger. Qui et comment décide t-on que telle ou telle pièce, reste propriété de l’État libanais donc du peuple libanais, ou de sa mise en vente ? Où sont la traçabilité et la transparence de telles actions ?

L’écart se creuse de jour en jour entre les droits d’un peuple et les actions entreprises par les dirigeants. Entre le bien commun et les intérêts privés. Entre les discours « patriotiques » et les agissements sur le terrain. Des articles qui se succèdent pour dénoncer telle ou telle action de négligence ou de passe-droit.

Le Liban a connu une guerre atroce et il n’en est pas encore sorti, malgré le calme apparent. Les conséquences sont encore visibles et les mentalités peinent à changer. Ce pays, petit par sa superficie, grand par son histoire millénaire, est balloté d’une part et d’une autre de la légalité ou des « privilèges ».

Notre espérance reste vivante dans un peuple qui prend conscience de son patrimoine, dans des responsables qui assument leurs engagements contre vents et marrées, une vigilance internationale qui n’accepte plus les compromis.

 

Ce contenu a été publié dans Articles, Expositions, Généralités, Patrimoine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.