la cité de Sidon (Saïda) à l’honneur

Sidon, la forteresse médiévale

Sidon, la forteresse médiévale
Dessin Joëlle Achkar © pheniciens.com

Qualifiée de premier-né de Canaan, même plus tard, de mère de Canaan, la ville antique de Sidon (aujourd’hui Saïda) connut une grande célébrité dans l’Antiquité. Le terme « sidonien » se confondait d’ailleurs avec celui de « phénicien » dans la tradition homérique et biblique.

Positionnée sur le littoral, la cité de Sidon occupa un emplacement stratégique qui bénéficia à son commerce et à son expansion. Elle fit successivement partie, comme les autres cités phéniciennes, du territoire de l’Egypte de Ramsès II (-1275), de celui des Assyriens (-701) avec Sargon, de celui des Babyloniens (-585) de Nabuchodonosor, des Perses de Cyrus (-539) et d’Alexandre le grand (-333) pour terminer avec les Romains (-64), en passant par certaines périodes d’autonomies ou de jumelage avec Tyr. Elle a subi, tout au long des siècles, la politique des conquérants mais elle a su apporter une touche d’indépendance avec son esprit d’aventure et de navigation sur les mers.

Depuis 1998, des fouilles archéologiques ont été entreprises par Claude Doumet Serhal, directrice du projet de fouilles de Saïda au British Museum de Londres. Ces travaux, ainsi que ceux effectués par la Direction générale des antiquités du Liban, ont révélé « une séquence stratigraphique historique continue de la ville » et une grande partie des objets seront exposés prochainement au sein du futur musée de Saïda, bâtiment aménagé par l’architecte Khatib el-Alami.

Pour Claude Doumet Serhal : ‘‘A l’instar de l’histoire, l’archéologie joue un rôle essentiel dans la construction de notre identité nationale. Celle-ci est intimement liée à la notion d’appartenance, de racine commune et de fidélité à ce passé que l’on se doit de connaitre. Nous ne pouvons plus, pour des raisons de convenance, sélectionner notre appartenance à un bout de notre histoire ; le travail sur le terrain le prouve bien : l’appartenance millénaire ininterrompue à cette terre ne fait plus de doute et notre ouverture vers la Méditerranée est certaine. Seule la relecture inlassable de notre passé nous permettra de projeter de nouveaux horizons’’.

Nous vous conseillons vivement le dernier numéro de l’Agenda culturel, mercredi 28 juin 2017 consacré à « Saïda: Arrêts dans la vieille ville », qui revient en détails sur tous les projets culturels et les acteurs qui s’investissent pour le rayonnement de la ville. Une recommandation spéciale pour le très bel article de Cécilia Diaz : « Les trésors archéologiques de Saïda bientôt exposés dans un nouveau musée au sein de la vieille ville ».

A travers ce blog, nous souhaitons un accueil populaire à la hauteur de tous ces investissements. Voilà que le succès de Byblos commence à faire des émules et rejaillit sur les autres cités qui prennent leur destin en main. Bravo aux municipalités qui encouragent et accompagnent les initiatives locales. Merci aux médias qui couvrent des événements, en particulier l’Agenda Culturel impliqué à fond dans la défense de la culture sous toutes ses formes.

Il y va de l’implication de chacun pour la réussite de ces projets. Les particuliers qui financent de leurs propres deniers, les services de l’État qui, malgré les pressions et critiques ainsi que le manque de moyens, continuent à croire en ce pays et son avenir sans attendre. Et en particulier, il y va de chaque citoyen qui participe à ces festivités. Nous sommes en pleine période estivale, n’hésitez pas à aller à la rencontre de votre patrimoine, vous l’approprier, en transmettant à vos enfants l’amour de cette terre sacrée. Saïda, Byblos, Tyr, Baalbek … des noms magiques qui font rêver les touristes du monde entier et qui sont à porter de chaque citoyen libanais.

Si nous sommes encore debout sur la terre de nos ancêtres, c’est grâce à la culture qui nous rassemble, à notre diversité qui est notre richesse, au « vivre-ensemble » qui est devenu notre marque de fabrique (notre carte de visite ?) et avec lui nous sommes devenus « un pays message » malgré les aléas de la politique tant internationale que régionale ou locale.

Allez-y, seul, en couple, en famille … direction Saïda ! Arrêtez-vous et visiter cette belle ville du Sud, premier-né de Canaan.


Ce contenu a été publié dans Articles, Découvertes archéologiques, Généralités, Patrimoine, Sites archéologiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.