« Le patrimoine est ce qui reste, quand tout le reste s’en va ».

Pheniciens.com

© Pheniciens.com

 

« Le patrimoine est ce qui reste, quand tout le reste s’en va ». Par cette phrase, le ministre de la culture libanaise, M.Ghattas Khoury, a annoncé hier, le chantier culturel à venir. (cf. OLJ).

Parmi les divers chantiers, le ministre a prévu de « construire plusieurs musées dans les provinces, sur des lieux historiques : à Saïda, Beyrouth, Jbeil, Tyr, etc. Il a précisé, dans ce contexte, qu’il existe beaucoup de vestiges encore inexploités au Liban faute de moyens. Il a ajouté qu’il ne faut pas compter sur une aide de l’Unesco, car cette organisation de l’ONU n’a pas de fonds, selon lui. Il essaie donc d’impliquer le secteur privé ».

Il est vrai que le secteur privé, actif et énergique est devenu le pilier des projets contemporains, palliant ainsi à la présence de l’État libanais qui accumule les dettes et dont les budgets sont serrés.

Pouvons-nous nous réjouir ou nous inquiéter de cette formule qui devient monnaie courante ? Applaudir des citoyens, des mécènes, des investisseurs pour leur implication et leur générosité ou plaindre un État démissionnaire qui délègue de plus en plus ses pouvoirs et risque un jour de se réveiller face à une main mise privée ?

Loin de toute critique, nous essayons de comprendre. C’est très positif de voir les Libanais du Liban et ceux de l’Expansion au chevet de leur pays, leur patrimoine. De les voir s’investir de plus en plus sur le terrain. Ceux qui brillent de par le monde, sont récompensés, nominés, consacrés, etc. Ils sont les garants d’une société qui se bat pour rester dans la course, une société multiculturelle, foisonnante et audacieuse.

Prenons l’exemple célèbre de Mme Maha El Khalil Chalabi, présidente de la Fondation Tyr, qui consacre son énergie et sa détermination pour la sauvegarde de cette cité millénaire. Nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco en 2016, elle vient de remporter, en 2017, le prix de la femme arabe de l’année dans la catégorie « culture ». Son action en faveur de sa ville natale, Tyr, a débuté depuis plus de 35 ans et se développe encore et toujours. Les « Ateliers de Tyr », un nouveau projet de village entièrement consacré au développement de l’artisanat traditionnel, est été lancé, financé par le Comité français pour la sauvegarde de Tyr. Il a pris forme au cœur d’une orangeraie de 7 300 m2 appartenant à Maha Chalabi et mise à la disposition de l’AIST.

Les articles et communiqués de presse, les colloques mis en place et les projets annoncés ne font que renforcer notre admiration face à cet engagement de longue durée. Une question s’impose toutefois, face à cet élan philanthropique. Comment faire la part entre la sphère professionnelle et celle plus privée ? Qu’en est-il de la réalité sur le terrain, loin des flashs des caméras et des interviews journalistiques ?

Cet exemple n’est pas unique, il est un parmi des multiples. Nous l’avons choisi par rapport à la ville phénicienne de Tyr, sa sauvegarde, son patrimoine. Quelle est la part d’encouragement donnée aux jeunes qui s’investissent dans ce même objectif de préserver leur héritage culturel ? Nous avons malheureusement le sentiment, à tort ou à raison, que certaines actions se font dans un circuit fermé, réservé aux initiés, loin de la mouvance populaire. Un cercle privatif formé d’intérêts et de complaisances, dans un cadre d’une concurrence politico-culturelle liée aux influences locales.

Nous aspirons tous à un monde meilleur, où le patrimoine soit l’apanage de chaque citoyen et non réservé à certains privilégiés. Il est notre héritage à tous et nous avons un devoir de le préserver. Les actions élitistes qui permettent de le porter au-devant de la scène sont de formidables coup de pouce mais ne doivent pas en rester là. Quand tout un chacun est impliqué, le « patrimoine qui reste » restera bel et bien ancré et protéger, les jeunes générations seront conscientes des richesses dont elles seront les dépositaires.


Ce contenu a été publié dans Articles, Généralités, Patrimoine, Projets, Sites archéologiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à « Le patrimoine est ce qui reste, quand tout le reste s’en va ».

  1. Chalabi dit :

    Chère Souraya,
    C’est avec grand intérêt que je viens de lire votre article.
    Votre analyse de la situation du patrimoine libanais est très juste et parfaitement ressentie.
    Je tiens à vous remercier de m’avoir citée si gentiment en référence pour illustrer votre propos.
    Mais sachez que de tout temps, mon combat visait à sensibiliser la jeunesse de notre pays, et le plus grand nombre, à l’importance de notre patrimoine. Dans l’espoir qu’un jour les responsables politiques passeront l’intérêt général avant leurs intérêts personnels.
    Je vous souhaite le meilleur.
    Maha el Khalil Chalabi

    • Chère Maha,
      Merci pour votre réactivité à cet article. Vous restez fidèle à votre image : une grande dame.
      A travers ce blog, nous essayons de sensibiliser tous les acteurs pour qu’il y ait toujours de la transparence dans toutes les actions et une citoyenneté plus responsable.
      Nous souhaitons le meilleur pour Tyr ainsi que tout le Liban

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.